Le village

Petit village à 14 kms de TARTAS et à 7 kms de SAINT-SEVER

Commune rattaché à l'arrondissement de Dax et au canton de Tartas-Est. Lamothe fait partie des 18 communes qui constituent la Communauté des Communes du Pays Tarusate.

Les habitants se nomment les Lamothois et Lamothoises.

Un peu d'histoire 

Le seigneurs de Lamothe jouent un rôle important au moyen âge. Tantôt ils sont chargés de messages royaux comme Gaillard de Lamothe, sous Edouard II, tantôt ils combattent sur les champs de bataille comme Jeannot de Lamothe qui se trouve en Italie en 1490 sous les ordres du comte de Foix.

A la fin du la guerre de Cent ans, le 22 juin 1442,Charles VII, après avoir pris Tartas (la fameuse journée de Tartas), résolut de s'emparer de ST SEVER. Il s'arrêta à Lamothe pour y loger et non à Cauna selon de Laborde-Lassalle (En Chalosse).

L'année 1653 marque des événements graves à Lamothe. La Fronde gronde en Gascogne. Le soir du 1er mars se termine mal pour Baltazar, reïtre allemand qui tenait garnison pour le compte de Condé (cavalier mercenaire au service de la France). Il est défait par les cavaliers de Poyanne et Aubeterre, non sans avoir pillé et incendié le château de Lamothe. Réfugié au chateau de Cauna voisin, il y "festoit joyeusement" d'abord et tente de fuir ensuite vers Mugron en traversant l'adour au gué de l'Agulloun. Mais la fatalité s'acharne contre lui : Baltazar est battu à Grenade. La Fronde se débande et la capitulation est signée le 11 juillet 1653.

Le château de Lamothe appartenait jadis à la famille d'Auzolles. Il a été reconstruit après l'incendie de 1653. Il fut acquis sous Louis XV par de Batz d'Aurice, grands parents de Mme Comiot, née Laborde-Nogues qui à vendu le château enn 1973 à Monsieur de Heinzelin, qui le céda depuis à Monsieur Harmsen. Autrefois, le château possédait un donjon et un mur d'enceinte. En 1676, il a été acheté par la famille Cabannes, à la vente de l'immense domaine de Cauna, seigneurs de Caupenne, Magesq, Téthieu, Amou etc ..

Aujourd'hui, c'est un fort belle demeure dégagée sur les deux façade opposées , l'une donnant sur une vaste pelouse et une vue sur les lointains, l'autre sur la cours intérieure et les dépendances. Deux petites tourelles à toit conique, ornent gracieusement un des côtés. L'harmonie et l'ordonnancement , noblesse et sobriété, classent le château de Lamothe parmi les prestigieuses demeures des Landes.

72_40143_3_cd614

L'ancien moulin, dit moulin du Château, que l'on trouve soudainement sur la route, en venant de Souprosse, sur l'Honiou, était relié par un chemin au château de Lamothe. Ce moulin est curieux par son ouverture en large arc brisé qui baigne dans l'eau.

L'autre vieux moulin est également sur l'Honiou, dit de Baris. Il est jouxté par un bel étang. Lieu singulier, entouré d'un rideau épais de verdure.

Le bourg pouvait être décrit il y a quelques décénies, de la façon suivante :

" Au bourg de Lamothe, si bourg il y a, vous chercherez en vain la mairie. Pourtant elle y est toute minuscule, modeste. Vous chercherez la salle des fêtes. Vous finirez par la trouver aussi bien que l'Agence Postale, au lieu dit Lherté - à 800 m de là - noeud vital du village. Tous est dispersé, caché dans une sorte d'annonymat, sauf l'église qui domine tout et qui date d'il y a 130 ans environ, ayant supplanté celle qui se trouvait autrefois au milieu du cimetière actuel.

A l'église,  il existe un bénitier creusé dans un chapiteau en marbre d'époque mérovingienne posé sur un socle d'une esthétique douteuse. On ne sait la provenance de cette pièce unique d'une indéniable valeur archéologique.

La fontaine miraculeuse Sainte - Quitterie, patronne de la paroisse, se trouve en bordure  de la route de Lamothe à Aurice. Cette fontaine aurait la propriété de guérir les maux de tête, les maux des yeux et les rhumatismes. Asséchée suite au drainage des terres environnante, elle n'est plus alimentée que par l'eau de pluie et le fossé qui la longe. Une procession avait lieu chaque année pour la fête de la sainte, le 22 mai.

DSC_0857_7

Ceci rappelle  l'existence à Lamothe en 1626 d'une importante confrérie de Sainte-Quitterie, selon les recherches de l'abbé Césaire Daugé.

DEMOGRAPHIE

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du 1er janvier 2009, les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation1. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008.

En 2014, la commune comptait 324 habitants, en augmentation de 10,58 % par rapport à 2009 (Landes : 5,28 % , France : 2,49 %)

           Évolution de la population 

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
583 420 562 617 611 610 604 570 601

         

1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
612 603 625 582 576 618 560 534 490

          

1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
492 479 488 418 426 399 386 345 296

           

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
307 274 288 299 367 316 288 324 324

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006.)